/
0/5

0 avis

Photo : Claude Germain, photographe

Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina")

Anonyme

entre 1650 et 1683

Bikaner / Rajasthan / Inde / Asie

E.997.24.1

La bin ou rudra-vina est un instrument à cordes pincées. Créée dit-on par le dieu Shiva, elle est devenue au cours des siècles un emblème de la tradition instrumentale indienne. Bien qu’elle soit aujourd’hui toujours auréolée d’une grande considération, elle a pratiquement disparu de la scène musicale.

Du XVe au XVIIIe siècle, la bin est un instrument très prisé au sein des cours princières hindoues et musulmanes. Elle y est le plus souvent jouée dans l’intimité de réunions privées ou en accompagnement du répertoire chanté (dhrupad). Malgré une sonorité et un répertoire exceptionnels, la bin est aujourd’hui tombée en désuétude, éclipsée dans le courant du XIXe siècle par de nouveaux instruments comme le sitar et le sarod.

Elle appartient à la famille des cithares sur tube. Depuis les premiers témoignages iconographiques qui attestent sa présence en Inde à la fin du Ve siècle, la cithare sur tube s’est développée en une riche typologie sur plus d’un millénaire. Au XVIe siècle, la bin se compose d’un long tube de bois ou de bambou, sous lequel sont fixés deux résonateurs faits de courges évidées. Sur le tube sont positionnées de hautes frettes de bois au-dessus desquelles sont tendues quatre cordes mélodiques. De part et d'autre du tube, sont disposées latéralement deux fines cordes rythmiques (chikari) et une corde faisant office de bourdon. Le timbre caractéristique de la bin est en partie dû à son chevalet plat, taillé dans une pièce d'ivoire ou de corne de cervidé et sur lequel reposent les cordes.

Le musicien joue agenouillé. L'instrument est traditionnellement porté en travers de la poitrine, l'un des résonateurs reposant sur l'épaule gauche tandis que l'autre vient se placer dans le giron du musicien. Les cordes mélodiques sont pincées avec deux onglets métalliques fixés sur l'index et le majeur de la main droite.

Lire la suite

Vues

  • Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, vue de trois quarts
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, vue de profil
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, vue de face
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, vue de face
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, vue de dessous
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, détail
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, détail
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, détail
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, détail
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, détail
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, détail
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, détail
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, détail
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, détail
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, détail
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), Anonyme, Bikaner, 17ème siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, détail
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), anonyme, Bikaner, Inde, 17e siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, vue générale
    Photo : Jean-Marc Anglès
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), anonyme, Bikaner, Inde, 17e siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, détail
    Photo : Jean-Marc Anglès
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), anonyme, Bikaner, Inde, 17e siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, détail motif floral
    Photo : Jean-Marc Anglès
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), anonyme, Bikaner, Inde, 17e siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, vue latérale gauche 1
    Photo : Jean-Marc Anglès
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), anonyme, Bikaner, Inde, 17e siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, vue latérale gauche 2
    Photo : Jean-Marc Anglès
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), anonyme, Bikaner, Inde, 17e siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, vue postérieure 1
    Photo : Jean-Marc Anglès
  • Cithare sur tube "bin" ("rudra-vina"), anonyme, Bikaner, Inde, 17e siècle (entre 1650 et 1683), E.997.24.1, vue postérieure 2
    Photo : Jean-Marc Anglès

Description

Description
Le tube et les résonateurs ont été au préalable recouverts d'une sous-couche métallique. Sur celle-ci a été ensuite appliquée une couche d'apprêt sur laquelle a été effectué un remarquable travail de miniaturiste. Les pigments utilisés et la nature du médium donnent aux fleurs une présence et un relief surprenant. Les résonateurs ont été, lors de leur préparation avant l'application de la sous-couche argentée, recouverts par endroit de bandelettes de calicot. Ce détail est d'importance car il semble indiquer que ces deux calebasses ont probablement été choisies pour certaines qualités, en dépit de leurs imperfections de surface. Les bandelettes auraient servi à combler ces irrégularités afin d'uniformiser la surface avant décoration. L'instrument possède 13 hautes frettes polychromes, ornées sur chaque face d'un motif floral. L'emplacement de ces frettes sur le tube est encore marqué de la présence de substance résineuse, mélange de cire d'abeille et de résine végétale utilisé traditionnellement pour fixer les frettes sur le tube.
Dimensions
Longueur totale 1140 mm (sans chevalet).
Matériaux
métal, pigment, résine.
Décor
Un vernis aujourd'hui oxydé recouvre le tout. Chaque contour est rehaussé de dorures et la partie supérieure des 2résonateurs, exclusivement décorée à l'or fin avec une extrême finesse, figure un délicat feuillage. Le même motif a été réalisé à la base des résonateurs.
Notes
Lieu de création incertain.
Acquisition
Achat - 10/1997
Localisation au Musée
Espace Musiques du monde

Enregistrements

Notre sélection :

1 minute au musée - la rudra-vina, Inde, fin du XVIIe siècle - Philippe Bruguière, présentation

Retrouvez tous les enregistrements audio et vidéo de cet instrument
sur Philharmonie à la demande :

Voir tous les enregistrements

Documentation

Livre(s)

Article(s)

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs