/
0/5

0 avis

Photo : Claude Germain, photographe

Luth "sitar"

Anonyme

2e moitié 19e siècle ?

Inde du Nord / Asie

E.999.9.6

Vues

  • Photo : Claude Germain, photographe
  • Luth "sitar", Anonyme, Inde du Nord, 2ème moitié du 19e siècle, E.999.9.6, vue de face
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Luth "sitar", Anonyme, Inde du Nord, 2ème moitié du 19e siècle, E.999.9.6, vue de dos
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Luth "sitar", Anonyme, Inde du Nord, 2ème moitié du 19e siècle, E.999.9.6, vue de profil
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Luth "sitar", Anonyme, Inde du Nord, 2ème moitié du 19e siècle, E.999.9.6, détail
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Luth "sitar", Anonyme, Inde du Nord, 2ème moitié du 19e siècle, E.999.9.6, détail
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Luth à manche long "sitar", anonyme, 19 ème (2 ème moitié), E.999.9.6, vue de face
    Photo : Jean-Marc Anglès
  • Luth à manche long "sitar", anonyme, 19 ème (2 ème moitié), E.999.9.6, vue de dos
    Photo : Jean-Marc Anglès
  • Luth à manche long "sitar", anonyme, 19 ème (2 ème moitié), E.999.9.6, profil droit
    Photo : Jean-Marc Anglès
  • Luth à manche long "sitar", anonyme, 19 ème (2 ème moitié), E.999.9.6, chevillier
    Photo : Jean-Marc Anglès

Description

Présentation
Instrument dont les caractéristiques générales (taille, forme et proportions) indiquent une facture ancienne.
Description
Le nombre de frettes métalliques (15, ici en argent), leur mode de fixation sur le manche ainsi que la forme des chevilles, témoignent d'une fabrication que l'on peut situer dans la seconde moitié du 19e siècle. Le manche et la table d'harmonie sont très certainement en bois de tun (cedrela toona), matériau traditionnellement utilisé par les luthiers du nord de l'Inde en raison de ses qualités sonores. Le résonateur (tumbâ) est constitué d'une demi-calebasse mais contrairement à la plupart des sitâr, celle-ci n'a pas été découpée selon un plan vertical mais horizontal. Il en résulte une moindre profondeur de caisse mais aussi un rendu acoustique différent. Du fait du positionnement du résonateur, ce type de sitâr est appelé kachvâ, terme hindi signifiant à la fois "moitié" et "flanc". Le kachvâ sitâr serait apparu à Calcutta au 19e siècle.
Matériaux
métal, bois de tun (cedrela toona), calebasse.
Décor
Au dos de l'instrument, la partie supérieure de la calebasse est recouverte d'un plaquage en bois finement sculpté, représentant un motif végétal. Une fleur stylisée en ivoire (?) orne le centre de la calebasse. Un élément décoratif situé à la base du manche (pour masquer le joint entre ce dernier et la caisse de résonance) est manquant.
Historique
Ancienne collection von Rothschild confisquée lors de la seconde guerre mondiale, attribuée au Kunsthistorisches Museum de Vienne, restituée. Provient de la vente publique Musical instruments from the von Rothschild collection, Londres, 16/06/1999.
Acquisition
Achat - 30/09/1999
Localisation au Musée
Non exposé.
Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs