/
0/5

0 avis

Photo : Claude Germain, photographe

Vièle "jogia sarangi"

Anonyme

20e ?

Bengale / Uttar Pradesh / Asie

E.2010.1.3

Vues

  • Photo : Claude Germain, photographe
  • Vièle "jogia sarangi", , Anonyme, Inde du Nord, 20 ème siècle, E.2010.1.3, vue de 3/4
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Vièle "jogia sarangi", , Anonyme, Inde du Nord, 20 ème siècle, E.2010.1.3, vue de dos
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Vièle "jogia sarangi", , Anonyme, Inde du Nord, 20 ème siècle, E.2010.1.3, vue de profil
    Photo : Claude Germain, photographe
  • Vièle "jogia sarangi", , Anonyme, Inde du Nord, 20 ème siècle, E.2010.1.3, vue de profil
    Photo : Claude Germain, photographe

Description

Présentation
Cette vièle populaire est dénommée jogia sarangi. Le mot jogia est associé au nom d’une communauté de musiciens professionnels, les Jogi. Au Rajasthan, ces Jogi, de confession musulmane, possèdent une longue tradition musicale. Ils étaient autrefois entretenus par de riches propriétaires terriens hindous dont ils récitaient les généalogies en chantant la valeur, le courage et l’héroïsme de leurs ancêtres. Leurs répertoires comprenaient également les grandes épopées et légendes de l’Inde ancienne.
Description
Vièle à manche court taillée dans un seul bloc de bois. La caisse rectangulaire aux angles arrondis sur l'arrière, est fortement cintrée. Une peau récente recouvre l'ouverture sur les deux tiers de sa hauteur. 1 chevalet de bois repose sur un renfort de cuir tandis que le bas de la caisse possède encore sa peau d'origine. Sur la partie gauche de la caisse, à la hauteur de la base du manche, sont encore visibles des traces indiquant l'emplacement où était disposé un bloc de colophane. 7 petites chevilles aux extrémités lancéolées et destinées à recevoir les cordes sympathiques, sont fixées latéralement sur le manche. Ce dernier est surmonté d'un volumineux chevillier, ayant pratiquement la forme d'un cube. 3 grosses chevilles, autour desquelles sont tendues les 3 cordes mélodiques, y sont emboîtées. Un bouton sommital orne la face supérieure du chevillier. 7 petits oeillets d'os par lesquels passent les cordes sympathiques, sont disposés le long de la touche, suivant une ligne oblique. Une dizaine de petits grelots métalliques est fixée sur le cordier de l'instrument. L'archet est manquant.
Dimensions
Longueur totale 68 cm. Epaisseur 15 cm. Largeur 24 cm.
Matériaux
bois, os boyau, peau, métal.
Décor
La touche du manche ainsi que la partie frontale du chevillier sont incrustés de petits motifs géométriques en os, gravés d'ocelles, de traits obliques et de points.
Acquisition
Don - 14/09/2010
Contexte
Le sarangi appartient à une vaste famille de vièles, répandue en Asie centrale depuis le Kazakhstan jusqu'à la frontière birmane. Peu fragiles et peu encombrant, ce dernier fut longtemps joué en Inde par des bardes et musiciens itinérants qui parcouraient le sous-continent, chantant les grandes épopées mythiques, les louanges ou les généalogies des princes. Le sarangi appartient à une vaste famille de vièles, répandue en Asie centrale depuis le Kazakhstan jusqu'à la frontière birmane. Peu fragiles et peu encombrant, ce dernier fut longtemps joué en Inde par des bardes et musiciens itinérants qui parcouraient le sous-continent, chantant les grandes épopées mythiques, les louanges ou les généalogies des princes.
Localisation au Musée
Non exposé.

Documentation

Article(s)

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs