/
0/5

0 avis

Photo : Claude Germain, photographe

Basse de violon, recoupée en violoncelle

Andrea Amati

1572

Crémone / Italie / Europe

E.2020.1.1

La basse de violon en France au XVIe siècle

Les ensembles de violons, comptant souvent une basse pour le registre grave, jouaient pour les danses et bals, dans la seconde moitié du XVIe siècle en France, et notamment à la cour. La basse de violon était l’instrument le plus grave — « bas » — de la famille du violon. On estime que sa tessiture se situait entre celles du violoncelle et de la contrebasse que nous connaissons aujourd’hui.

De dimensions importantes, elle était jouée posée au sol ou sur un petit tabouret, ou bien soutenue par une lanière ou une bandoulière passée sur les épaules du musicien, comme en témoignent les traces des fixations de crochets en trois emplacements au dos de l’instrument du Musée.

Lire la suite

Vues

  • Photo : Claude Germain, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de face, sans la table d'harmonie
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de dos
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de profil, côté grave, sans la table d'harmonie
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de profil, côté aigu, sans la table d'harmonie
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de la table d'harmonie, de l'extérieur
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de la table d'harmonie, de l'intérieur
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de la table d'harmonie, détail des ouïes et des échancrures
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de la caisse de résonance, de l'intérieur
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue du dos de la caisse de résonance
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de profil de la caisse de résonance, côté aigu, sans la table d'harmonie
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de profil de la caisse de résonance, côté grave, sans la table d'harmonie
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue du bas de la caisse de résonance, sans la table d'harmonie
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue du dos de la caisse de résonance et détail des échancrures et armoiries centrales
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue du dos de la caisse de résonance et détail du coin supérieur, côté grave
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de face du chevillier et de la volute
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de profil côté grave du chevillier et et de la volute
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue du dos de la caisse de résonance et détail d'un angelot porteur d'une couronne
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de dos du chevillier et de la volute
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de détail de l'étiquette
    Photo : Jean-Philippe Echard, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de détail de l'étiquette sous lumière riche en ultraviolet
    Photo : Jean-Philippe Echard, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de détail du bas de l'extérieur de la table, pour examen dendrochronologique
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de détail du bas de l'exterieur de la table pour examen dendrochronologique
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de détail du bas de l'exterieur de la table pour examen dendrochronologique
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de détail du bas de l'exterieur de la table pour examen dendrochronologique
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de détail du bas de l'exterieur de la table pour examen dendrochronologique
    Photo : Jan Röhrmann, photographe
  • Basse de violon, recoupée en violoncelle, Andrea Amati (vers 1505-1577), Crémone, Italie, 1572, E.2020.1.1, vue de détail du bas de l'exterieur de la table pour examen dendrochronologique
    Photo : Jan Röhrmann, photographe

Description

Description
FOND en 4 pièces d'érable ondé. Ondes, régulières, légèrement descendantes de gauche à droite, provenant certainement du même arbre. Au plus large de la caisse, les pièces d'érable sont respectivement larges de 108, 102, 105 et 122 mm du côté des aigus au côté des graves. Les 4 coins et les 2 C sont d'origine. Le fond porte la trace de crochets qui servaient à la fixation d'une bandoulière. Le fond a été réduit dans sa largueur par la suppression d'une bande centrale de plusieurs cm et dans sa longueur par recoupe de ses courbes supérieures et inférieures. Les filets originaux, en trois brins sombre/clair/sombre (largeur totale : 1,54 mm, largeur filets sombres : 0,52 mm) sont préservés sur toute la partie médiane. Les filets clairs sont réalisés en érable, les filets sombres sont réalisés en bois teinté de la famille des Rosacées. La quasi-totalité des bords a été conservée, malgré la recoupe de l'instrument : lors de cette opération, les bords originaux ont été réservés, puis remis en place sur le fond, une fois les dimensions de l'instrument réduites - ECLISSES en érable. La courbure des éclisses supérieures et inférieurs a été adaptée au nouveau contour de l'instrument - STRUCTURE INTERNE : Le tasseau du bas est en résineux, celui du manche en feuillu, non original. Les 4 tasseaux des coins sont en bois résineux et sont certainement originaux, bien que leur profil intérieur ait pu être retaillé. Les contre-éclisses des CC, côté fond, sont en feuillu et certainement originales : encastrées dans une mortaise rectangulaire dans les coins, relativement basses (8 mm de haut environ). Il reste également un fragment de contre-éclisse similaire dans le tasseau du bas, côté table, côté aigu. Les autres contre-éclisses résultent de plusieurs interventions ultérieures. Plusieurs niveaux d'interventions sont visibles dans la caisse : pose de taquets pyramidaux, de bandes de parchemins (3 types différents au moins) sur le fond, de bandes de tissus (2 types différents), de taquets grossiers rectangulaires pour doubler les éclisses, pose de demi-bords, certains grossiers côté fond. Barre d'harmonie non originale - TABLE en 2 pièces de bois résineux (épicéa Picea Abies ou sapin Abies sp). Nombreuses traces de recoupe, les filets et les bords ne sont pas d'origine. Les ouies ne semblent pas avoir été modifiées. Plusieurs niveaux d'interventions sont visibles sous la table : nombreuses pièces importantes d'estomac, de doublures de bords et de renforts divers - BLOC MANCHE/TETE monoxyle en érable non original. Touche en ébène avec pan coupé. Sillet en ébène.
Dimensions
Largeur caisse sup 740 mm. Epaisseur 242 mm. Largeur 436 mm.
Matériaux
érable, épicéa, bois.
Marques et inscriptions
Etiquette manuscrite à l'encre, collée sur l'intérieur du fond : "ANDREA.AMADI.IN. / CREMONA.M.D.LXXII".
Décor
Décor aux armes de Charles IX et d'Elisabeth d'Autriche. La lettre "K" surmontée d'une couronne fermée, monogramme du roi, est peinte deux fois sur le dos et deux fois sur les éclisses. La devise royale, Pietate et Justicia, est répétée sous diverses formes : "PIETATE ET IVSTITI[.]" est inscrite en lettres capitales dorées, sur chacune des éclisses, de gauche et de droite. La Piété et la Justice sont représentées par deux colonnes droites sur des piédestaux, autour desquelles serpentent des phylactères, chacune d'elles étant surmontée d'une couronne fermée portée par deux angelots peintes dans les parties supérieures et inférieures du dos de l'instrument. Les personnifications féminines de la piété et de la justice - se tenant sur des nuages, l'une à la chevelure recouverte d'un voile, l'autre couronnée, tenant une épée d'une main et une balance de l'autre - supportent les armoiries au centre de la composition. L'écu est représenté placé sur un "plat de cuir", ceint du collier de l'ordre de Saint-Michel, et surmonté d'une couronne fermée.
Notes
La table d'harmonie est conservée séparément du reste de l'instrument.
Historique
A peut-être été jouée au sein des Violons du Roi aux 17e et 18e siècles. Ancienne collection Nicolas-Eugène Simoutre (avant 1901-1908). Ancienne collection Joseph Chardon et ses descendants (1908-1982), acquisition à la vente publique du 22/12/1908 suivant le décès de N.-E. Simoutre . Ancienne collection Jean-Frédéric Schmitt (1982-2014), acquisition à la vente publique Chanot-Chardon du 07/06/1982.
Acquisition
Achat - 11/08/2020
Localisation au Musée
Espace XVIIe - La naissance de l'opéra

Enregistrements

Notre sélection :

Basse de violon, Andrea Amati, Crémone, 1572 - une acquisition exceptionnelle du Musée de la musique - ArtPark, Rafaël Gubitsch

Retrouvez tous les enregistrements audio et vidéo de cet instrument
sur Philharmonie à la demande :

Voir tous les enregistrements

Documentation

Livre(s)

Biographies

FACTEUR
Amati, Andrea (vers 1505-1577)
 - Actif à
Crémone - signalé comme maître luthier en 1526.
 - Liens familiaux
Enfants : Appolinaria (1535-?). Elisabeth. Valéria. Antonio (vers 1537/1540-1588). Girolamo (vers 1550-1630).
 - Lien(s) de succession
Successeur de Giovanni Liunardo da Martinengo à Crémone.
 - Notes
Source : J.-P. Echard : Stradivarius et la lutherie de Crémone (2022). W. von Lütgendorff : Die Geigen- und Lautenmacher (1990).

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs